la maltraitance des animaux dans les cirques

Les animaux ne veulent pas conduire un vélo, tenir sur leur tête, tenir en équilibre sur des ballons ou sauter au travers des cerceaux en feu. Les éléphants, les félins, les singes et autres animaux exploités dans les cirques exécutent des numéros parce qu’ils n’ont pas le choix.

Si le public des cirques connaissait la vérité au sujet de la violence et la souffrance qui ont lieu en coulisses, ils trouveraient que ces spectacles sont tout sauf divertissants.

Les dresseurs ont souvent recours à des méthodes extrêmes pour faire répéter des tours aux animaux qu’ils joueront ensuite sur la piste. Ils battent les éléphants avec des bâtons munis d’un crochet et leur infligent des décharges électriques. Ils frappent les félins avec des bâtons et les traînent par des chaînes autour de leur cou. Ils maîtrisent les ours avec des colliers très serrés, des muselières et les battent avec des barres de fer. Ils donnent des coups de pied aux chimpanzés et les frappent avec des cravaches.

Les animaux de cirques sont souvent capturés à l’état sauvage et réduits en esclavage, uniquement à des fins de « divertissement ». Ils sont condamnés à une vie de tristesse et de frustration, passant toute leur existence dans un confinement permanent, souvent dans des cages sales et exigües.Les éléphants, par exemple, parcourent de longues distances, nagent, explorent, jouent et apprécient les relations sociales complexes lorsqu’ils vivent à l’état sauvage. Mais au sein des cirques, ils sont enchaînés dans les chapiteaux et confinés seuls dans un environnement restreint. Ils sont éloignés de tout ce qui leur est naturel et essentiel.maltrétance ours

3 réflexions sur “la maltraitance des animaux dans les cirques

  1. J’ai lu l’article avec intérêt. C’est vraiment bien de faire comprendre aux gens qui viennent au cirque pour se divertir ce qui se passe en coulisses.
    Félicitations pour ce travail de sensibilisation !!!

    J'aime

  2. Bon article, sur un sujet très actuel et important! J’imagine que certains circassiens prennent mieux soin de leurs animaux, mais c’est vrai qu’avec les animaux sauvages, le rapport me semble beaucoup fondé sur la contrainte, le conflit, les démonstrations de supériorité, ceci pour le divertissement du public qui préfère détourner le regard sur ce qui se passe en coulisse…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s